Entre deux persécutions: Bouchart et son conseil

Publié le par zetkin

Il y a peu, les CRS 20 arrêtaient avec quelque honte les "sans papier" réfugiés logeant sous le pont près du terrain du repas.

Les constructions de fortunes et la qualité de réfugiés n'arrêtent pas la maire de Calais et ses dogs.

 

Tout le monde doit souffrir du froid et de la pluie. 

 

 

Ainsi jeudi soir, les réfugiés qui s'abritaient sous des bâches de plastique, dormaient en plein vent. Une opération contre les droits humains, guidée par le préfet Bousquet, s'était effectuée le matin même.


Un conseil des migrants sans migrant et sans annonce

 

Le conseil des migrants du 16 octobre s'est tenu subitement. L'on suppose que seuls, les amis associatifs de la maire furent au courant de sa tenue bien avant les deux jours.


Prévention de la militance revendicative, sans doute...


Blet, 1er adjoint ex-ps, nouveau social-démocrate du calaisis, était présent, sans aucune honte.

 

Y a été discuté l'ouverture du nouveau terrain du repas, une construction soigneusement étudiée par Bouchart, "artiste" à ses moments perdus. Autant manger dehors que d'accepter l'humiliation humaine organisée.

 

La Belle Etoile, interrogée sur sa particpation à un tel conseil dirigé par la maire UMP aux relents d'extrême droite, a annoncé ne pas demander de subventions à cette mairie, autant pour éviter le chantage de Demassieux, chef de cabinet UMP jamais élu maire, que pour ne pas se salir les mains à les tendre vers ceux qui organisent la destruction d'un des droits fondamentaux de la race humaine: celui de se sauver de son pays et chercher abri dans un autre.

 

Les chefs de Salam, sortie sous escorte de la "police" de Mme Bouchart

 

Salam, silencieux lors des différents entre la maire et les autres associations, se contente de soigner la mise en scène devant les caméras et les militants d'autres groupes. Un communiqué pour leurs adhérents a été pondu à peine le conseil terminé. Ils rappellent leurs désaccords avec la mairie de Calais.

Vincent Lenoir, secrétaire de l'asso, explique être entré avant les 16h, temps de la réunion. Ils auraient remis à Calais TV et un autre média, le communiqué.

Puis à la sortie, le communiqué aurait été donné à la Voix du Nord.

 

Ensuite, la liste salam l'a reçu par mail, le conseil fini. De quoi faire croire que ce fut le thème abordé lors du conseil des migrants.

 

Deuxième curiosité, alors que les 3 No border et les 2 autres militants étaient partis, la police municipale et la nationale embouteillaient les portes à l'intérieur de la mairie.

 

Deux policiers municipaux accompagnèrent la sortie des représentants de Salam. Vincent Lenoir, double-secrétaire de l'association et adjoint du nouveau parti (mouvement, précise VL)social démocrate de Monsieur Blet, 1er adjoint collaborateur de la maire UMP, avait le sourire vainqueur tandis que je rappelais qui était leur amie et ses implications dans l'atteinte aux droits humains.

 

N'ont pas eu le courage auparavant d'aller au devant des No border, ferrailler contre eux et leurs tracts "un conseil contre les migrants". Seules les assos du secours catholique, la Belle Etoile et les organismes HCR et France Terre d'asile ont été vues entrant dans la mairie. Mais ne se sont pas plus adressées aux militants.


De si grands militants, tels ceux de Salam, comme on aime me le jouer sur tous les airs, ne peuvent pas profiter de ces réunions de proximité avec une ennemie si bavarde?

 

Rectification par les agents territoriaux :

Les agents territoriaux tiennent à nous faire savoir qu'ils ont refusé de "nettoyer" la place des squats, contrairement à ce qui a été publié dans les journaux locaux. C'est l'entreprise SOCANET qui a fait le sale boulot anti-réfugiés.


Effectivement la propagande fasciste veut nous faire croire que tout le monde est d'accord avec Besson et Bouchart.


L'émission "action discrète" nous avait déjà démontré le contraire.

 

zetkin

Commenter cet article