Ils ont dit

Publié le par zetkin

Paroles extraites de samedi 6 février 2010 au dimanche 7 février 2010

 

Le sous-préfet Gavory (20h, 06/02/10):

"J'ai dit qu'on laisserait sortir ces personnes de ce bâtiment

et qu'on s'est engagé à ne pas les interpeller au bout de la rue.

donc c'est le message...normalement... que certains organisateurs sont allés porter.

 

Journaliste:

"Un moment vous avez pensé envahir le bâtiment?

Ou demander une réquisition au procureur de la république?"

 

SP G:

"Mais on a une réquisition. Donc on pourrait utiliser la force mais bon je veux dire qu'il faut rester raisonnable."

 

Les policiers libèrent le quartier comme promis.

Les migrants restent à l'intérieur.

2heures plus tard, les policiers reviennent et installent un barrage. Les migrants peuvent sortir du quartier mais ne peuvent plus y rentrer.


Dimanche matin, Mme bouchart a appris la nouvelle par les médias et arrive sur les lieux et dénonce la manipulation des no border.


Mme Bouchart (matin, 07/02/10):

"Je demande que dans les 24/48h, le problème soit réglé... qu'on ne se laisse pas manipuler politiquement par des agités qui viennent faire de la provocation

et qui risquent de provoquer des réactions extrêmistes."

 

18h, Natacha Bouchart exprime sa satisfaction.

 

Natacha Bouchart (18h, 07/02/10):

"...heu... donc... heu, par rapport au fait que des personnes n'y ont plus le droit d'y entrer, c'est quelque chose déjà de... heu... de sérieux, de sécurité et ça peut rassurrer aussi l'ensemble de la population.

 

Journaliste:

"Est-ce que juridiquement la situation est claire par rapport à l'intervention des forces de l'ordre?"

 

NB:

"Juridiquement elle est claire parce que l'arrêté d'expulsion a été signé. Donc heu, je veux dire y a pas de malaise par rapport à ce document. C'est un document juridique qui a demandé aux forces de l'ordre d'intervenir dans un lieu non sécurisé ne pouvant recevoir du public."

 

(ci-dessous: 21h11, trois afghans accompagnés jusqu'au hangar, sans problème)

DSCF1811.JPG

(21h30, rue mollien, au moins quatre hommes dans la mégane. m'ont regardé passer comme moi j'étais intriguée.)

vlcsnap-2010-02-14-20h15m04s37.png

(Bouchart, dimanche après l'intervention)

boubou-dimanche.jpg

 

Commenter cet article