La mouvance PAF de Coquelles écrasée par le tribunal

Publié le par zetkin

Après une précédente relaxe basée sur une déposition en 3 versions de la policière Mat Mat, voici que trois autres no border ont été à leur tour relaxés d'une accusation de rébellion en réunion ce mardi 12 juillet 2011.

DSCF6006.JPG

D'une mouvance à l'autre

 

Sans-titre-2.jpgChangement de vue au tribunal: les no border gagnent du galon

 

Nous sommes passés de la défintion "sans limite" à la dénomination "mouvance no border", ce qui est un plus. Les vidéos parues sur Internet ont montré de jeunes activistes courageux qui se font rudoyer sans raison autre que leur présence armée d'un appareil photo.

 

En attendant les prochains méfaits de la police des frontières...

 

Le préfet Bousquet et le directeur de la PAF, Nouaraut, vont devoir nous concocter des guets-apens pour éviter aux agents PAF de mentir quand ils n'ont voulu que casser les caméras pour ne pas figurer dans l'historique des atteintes aux droits humains. Après tout, ce qu'ils font aux réfugiés politiques, est une commande de l'Etat.

 

Une histoire abracadabrantesque:

 

Pour résumer l'histoire, L. suivait les policiers ce 21 avril (la PAF voulait fêter cette date sans doute), caméra au poing. Quand Mme Gourdin, policière de Coquelles, s'est tournée vers elle et voilà, fin de la partie. Mme Gourdin souffre de l'épaule.

Traînée au sol par 4 policiers, L. se met à crier de douleur.

F. à l'extérieur se précipite là où il croit avoir entendu la copine. Il voit les policiers autour de quelque chose au sol et pose la main à l'épaule de l'un d'eux.

 

Mauvaise idée! Les policiers se jettent sur lui, le cognent et l'embarquent.

M. Gael Bertaux se plaignit avoir reçu un coup de pied.

 

Une troisième activiste bien connue des agents PAF pour sa manie de filmer, se fait embarquer elle-aussi, mais dans un autre lieu du squat.

 

Un, deux trois, ça fait une réunion de rebellés. C'était sans compter sur Me Calonne et l'écoute attentive du Tribunal de Boulogne-sur-Mer.

 

Voir ci-après des morceaux d'une vidéo où l'on voit comment les deux policières (Frédérique Gourdin et Mat Mat) qui ont déposé plainte pour agression, se comportent envers un témoin seul.

 

Communiqué de presse de la legal team:

- La PAF va devoir peaufiner ses faux témoignages -


Le 12 juillet 2011, trois de nos camarades comparaissaient pour des faits
grotesques d'occupation illégale, rébellion en réunion et refus de prise
d'empreintes.

Sans-titre-14.jpgCourant Avril, alors qu'ils étaient en pleine activité pacifiste de
Cop-Watching, nos trois amis avaient été arrêtés dans le principale squat
de sans papiers et demandeurs d'asile du Calaisis. Ce raid policier
intervenant quelques jours après la publication sur les sites de rue89 et
Sans-titre-1.jpgdes inrocks de vidéos présentant ces même agents de la PAF agir de manière
peu déontologique. Ceux-ci n'ont pas caché leur volonté de se faire
justice eux même : immobilisation violente, coups et noms d'oiseaux
volèrent une fois de plus ce jour la!

Le système judiciaire français étant adapté pour protéger et légaliser au
maximum les violences d'état, se défendre face à des déclarations
mensongères de policiers assermentés n'est pas chose facile.

Convoqué à 8h30, il fallut cependant attendre jusqu'à 13h pour entendre le
président énoncer les faits reprochés et donner la version des nombreux
policiers ayant soumis de faux témoignages pour l'occasion. Ni les parties
civiles (Fréderique Gourdin et Gael Bertaux), ni les 4 témoins policiers
trouvés pour l'occasion n'ont pensé opportun de venir s'expliquer de vive
voix devant la cour! Avaient-ils peur de se retrouver face aux  prévenus
sans pouvoir utiliser les tonfa ou les lacrymogènes, ou bien peur de voirvlcsnap-2011-07-13-09h21m13s133-copie-1.jpg
démonter leurs versions des faits en direct par notre avocate?

 

Après avoir écouté les réquisitions du procureur qui pour la globalité des
faits demandaient 3 mois de sursis pour chacun, maître Marie Hélène
Calonne a su relever les nombreuses incohérences des déclarations des
policiers, mettre en avant la légitimité de l'action pacifique des
activistes, véritables grains de sables dans  le système répressif, et
lier ce procès à la diffusion des vidéos et à la saisine du défenseur des
droits de l'Homme sur les violences policières à Calais.
Sans-titre-11.jpg
Le délibéré tomba à 16h en présence de la trentaine de militants restés
toute la journée pour soutenir nos camarades. Les trois sont relaxés pour
les faits de violences et d'occupation illégale et sont reconnus coupables
mais sans peine pour le refus de prise d'empreintes.
Le jugement pour les dernières charges ajoutées à la hâte contre deux des
trois prévenus lors de l'action contre le CRA de Coquelle quelques jours
auparavant (refus de se soumettre à un contrôle d'identité) est reporté au
8 septembre a 13h30.

Ce résultat est évidemment une victoire pour notre mouvement et achève une
série de comparutions ridicules.
Pour rappel, le 23 juin une militante a été relaxée pour des faits
similaires de violence contre agent de la PAF, ce même jour trois de nos
amis demandeurs d'asiles soudanais ont eu aussi été relaxés pour des
accusations d'occupations illégales et le 29 juin une autre militante a
été condamnée à 500€ d'amende ( +1€ symbolique pour l'honneur du policier)
pour outrage.

Prochain rendez-vous au TGI de Boulogne, jeudi 8 septembre à 13h30!

Ni la répression,ni les intimidations ne feront plier notre détermination.
Nous continuerons à surveiller et dénoncer les méthodes ultra-répressives
de la police envers les exilés et à lutter pour la liberté de circulation
et d'installation, la fermeture des centres de rétention et la fin des
expulsions.
Sans-titre-16.jpg
LT NoBorder Calais

Commenter cet article