Sea France, les salariés accusés par Natacha Bouchart

Publié le par zetkin

Le 4 juillet 2011 se tenait le conseil permanent du Conseil Régional.

 

Bertrand Péricaud, secrétaire du Parti Communiste de Calais, a apporté son analyse de la situation de Sea France et défendu les salariés, leur statut, le pavillon français, demandant à ce que le Conseil Régional écoute le plus rapidement possible les salariés par l'intermédiaire de leurs syndicats:

intervention de Bertrand Péricaud

 

Natacha Bouchart, maire de Calais, intervenait pour accuser les organisations syndicales et en particulier la CFDT combattive, d'avoir coulé Sea France.

 

Elle ne veut pas écouter les salariés mais les appelle à voter contre leurs syndicats dont ils n'auraient pas besoin (!!!!).

 

 

 

 

Nord Littoral, une entreprise de manipulation et de destruction des droits

 

Le vendredi 8 juillet, Nord Littoral, l'un des journaux calaisiens, se lançait une nouvelle fois dans la manipulation en faisant croire que le PC était d'accord avec l'UMP Bouchart, sur la question de Sea France.

 

 

Titrant en Une: « SeaFrance, le conseil régional dénonce l'attitude des syndicats et de la SNCF », le « journaliste »Thierry Saint- Maxin(T.S-M), énonce la position de Mme Bouchart comme étant celle de l'ensemble des partis politiques représentés.

 

thierry-saint-maxin.jpgDans la demi-page consacrée à la question, le sous-titre « Les syndicats épinglés » succède curieusement à l'analyse de Bertrand Péricaud, élu PC.

Mieux dans la manipulation, on lit ensuite les propos droitiers de Natacha Bouchart, UMP, qui se terminent par

« Une fois n'est pas coutume, Bertrand Péricaud abonde dans son sens... »

 

En fait, pourquoi cette posture, sinon pour désespérer et démobiliser les salariés, une oeuvre à laquelle Nord Littoral a collaboré depuis les mouvements de lutte pour sauvegarder et l'emploi public et Sea France.

 

 

La Vidéo ci-dessus prouve qu'encore une fois, ce journal scandaleux défend la Droite et le patronat contre les salariés.

 

(une demande de rectification a été envoyée au journal qui ne l'a bien entendu pas publiée; la démocratie est bonne à défendre en Corée du Nord ou en Iran, pas chez nous)

Commenter cet article