Manifestation du 28 mai contre le racisme

Publié le par zetkin

JPEG - 19.9 ko
  A l’appel national, le Collectif "D’ailleurs nous sommes d’ici" et les No Border ont voulu dénoncer le racisme organisé à Calais par l’Etat, sa police et la mairie UMP.
 Y ont répondu les partis politiques NPA, PC et Verts ainsi que les lillois du groupe anarchiste, le syndicat SUD et adhérents CGT et FSU. La LDH de Boulogne-sur-Mer avait fait le déplacement.

De 100 à 150 personnes, les représentants des bénévoles humanitaires sur Calais brillaient par leur absence. La maire de Calais, Mme Bouchart, aurait-elle exercé son chantage aux subventions comme elle le pratique contre d’autres associations ?
JPEG - 56.8 ko

Mêlés aux No border et réfugiés courageux porteurs de pancartes, nous avons déambulé de la distribution alimentaire jusqu’à la mairie de Calais, scandant les refrains contre l’UMP, Sarkozy, Guéant et chantant le traditionnel "no border, no nation, stop deportation".

JPEG - 61 ko
JPEG - 31.3 ko

Une petite visite au squat "international", voué à la destruction par la mairie dont l’objectif est de priver les réfugiés politiques d’un abri.

JPEG - 40.2 ko

Version répressive : un sous-préfet enfumé

Initialement, la manifestation devait nous conduire à la sous-préfecture. Mardi, le responsable du collectif "D’ailleurs, nous sommes d’ici" était averti de l’interdiction de s’y retrouver.

JPEG - 51.2 ko

Le sous-préfet Gérard, loin de nous divertir par des considérations stupides dignes des fachos comme son prédécesseur Gavory, s’est pourtant protégé des hordes syndicales et No Border.

JPEG - 43.5 ko

S’est-il laisser convaincre par une police qui semble ne plus avoir de chef sur Calais et qui passe une partie de son temps à faire peur aux gens ?

JPEG - 49.9 ko
JPEG - 31 ko

La diminution du nombre de réfugiés sur la ville ne rend pas la police plus sympathique envers les activistes. La PAF, haut lieu de recrutement des électeurs d’extrême-droite, continue de commettre ses actes illégaux contre les activistes témoins. Violences, destructions de caméras, de cartes et les traditionnelles gardes à vue suivies de procès. C’est cela la démocratie vue par les obéissants et leurs dépendants.

 

 

 

Commenter cet article