petites impressions avant procès

Publié le par zetkin

boquet.jpgsûre d'être seule devant des juges qui ne se sont jamais montrés très réceptifs vis-à-vis de ceux qui se promeuvent militants, surtout des gens qui se mêlent d'immigration, de frontière et de droits humains, autant parler à un mur mais aussi autant dire ce que j'ai à dire.

gavory n'en s'en tirera pas comme ça.

il peut avoir toute la police à ses côtés, en rampart. Il est responsable, et coupable d'avoir accepté d'être responsable, en pensant que l'on ne le remarquerait pas, lui à la fonction si insignifiante de sous-préfet par rapport au tort créé par le ministre et le préfet.

j'en voulais aux CRS de faire ce boulot. et ils me le répétaient de viser plus haut.

un CRS a plus de conscience que les chefaillons ou les ronds de cuir qui le dirigent.

que la boue dans laquelle on force les policiers à se noyer, rejaillisse et tâche les complets vestons de ces parfaits employés d'Etat.

ça ne viendra peut-être pas demain.

j'espère que l'on n'attendra pas la fin d'une autre guerre, la fin d'une autre horreur, pour que les langues se délient et qu'on puisse juger ceux qui doivent l'être, pour toutes les souffrances qu'ils ont engendrées.
que la guerre soit celle contre le système.

En attendant et au lieu d'aller faire la révolution ou la défense des droits humains dans des pays lointains, autant commencer chez nous, ne pas laisser faire.

Et commencer là où on vit. surtout si on vit à Calais.

Commenter cet article