Skins au tribunal

Publié le par zetkin

 

Nous n’étions que trois (deux du mouvement No Border et une bénévole de La Belle Etoile). Noyées rapidement dans les familles des prévenus, nous nous contentions d’essayer de reconnaître un tel ou un tel dans le public. Mise à part l’un d’entre eux qui ressemblait à un patron de bistrot de Calais, ainsi que sa femme, aucune tête n’était en particulier connue.

 

Un RG de Boulogne usait de son portable et discutait avec nous durant la délibération.

JPEG - 46.2 ko
Les personnages ci-dessus ressemblent à des néos nazis repérés par Lille. Les identitaires?

Les faits reprochés

Violences en bande, à caractère racial avec des barres de fer, du gaz et des pierres, à l’occasion de deux agressions (répertoriées) + injures racistes.

Déroulement du procès

JPEG - 18.4 koLa juge a rappelé les évènements, ajoutant à la liste d’autres témoignages de réfugiés s’étant plaints d’agression. Celle du 23 septembre avait réuni une quinzaine de ces abrutis. Des majeurs et des mineurs : un meneur (qualifié comme tel par les jeunots) et des suiveurs, armés..

 

La juge a réfuté les justifications poussives de deux des prévenus. ( L’un a déclaré à la barre : ma soeur de 30 ans a fait un mariage forcé et s’est converti à l’Islam. L’autre : des migrants ont volé mon vélo.) Les deux autres se sont repentis et auraient compris. 

La victime absente

Son avocate le représentait en tant que partie civile. Elle a lu le texte de son client. « C’est de la lâcheté de leur part […] Si c’est ça l’image de la France ! […] En quoi, vous, Jason, vous défendez l’image de la France. Qui vous permet de dire qui a le droit ou pas de rester en France. […] »

Le procureur en personne a donné aussitôt le ton :

« Il ne faut pas minimiser les faits, ce ne sont pas de simples abrutis ! »

« Ce n’est pas faire preuve de beaucoup de courage en commettant des violences en groupe, contre des personnes qui vivent dans la rue avec les conditions qui leur sont faites. Ils ont quitté leur pays pour avoir une vie meilleure en Angleterre, parce qu’ils proviennent de pays aux régimes difficiles ou pour leur sécurité.

Ils veulent aller en Angleterre pour trouver du travail. Ici, vous, vous êtes des oisifs qui font de la chasse aux migrants. Ils font l’apologie d’Hitler, des croix gammées et des violences.

Ils ne vivent que pour ça, ils ne pensent qu’à ça, chasser du réfugié ! »

Réquisitions suivies par le juge :

H. : 12 mois dont 6 avec sursis simple. Aménagement de la peine.

J. R : 20 mois de prison dont 12 mois de sursis mise à l’épreuve. En détention.

M. : 2 ans dont 12 mois avec sursis simple. En détention.

Ch. : 2 ans, dont 12 mois avec sursis.+ 3 mois de sursis révoqués. En détention.


JPEG - 15.5 ko

Niveau politique de la mouvance : zéro

Nous sommes loin d’une organisation politique mais proche d’une organisation d’abrutis racistes qui se boient des bières pour faire croire qu’ils sont des hommes.

Trois personnages qui ont pris leur temps avant de quitter le perron du tribunal alors que tout le monde était parti, ne semblait avoir aucun lien avec les accusés.

Sans doute, les envoyés de groupes plus politiquement construits autour de la haine, ceux qui lancent des manifestations contre les salariés.

 

 

(désolée, petite D)

 

Commenter cet article