La PAF embauche des étrangers contre les droits des réfugiés

Et c'est très intelligent...

Ainsi, quelques connaissances du terrain sont devenues ce que la police appelle des "interprètes", leurs précaires, ceux sur lesquels ils ont du pouvoir: les étudiants en fin de droit de rester en France, les gens avec un statut d'un an et les réfugiés pauvres.


Interprètes jusqu'à indics de police.

Comment sait-on que les interprètes de la PAF ne sont pas de véritables interprètes?

D'abord, les réfugiés eux-mêmes qui racontent ce que leur disent leurs homologues pour services policiers vendus.

Ensuite, les mentiries sur les PV qui ne sont sans doute pas traduites ou alors très mal. Les réfugiés signent sans savoir et puis nous disent qu'ils ne sont pas d'accord.

Enfin, pour l'avoir vu par moi-même, les interprètes qui font des bisous aux policiers ou qui restent près d'eux comme s'il faisait partie du poulailler. Et bien sûr l'écoute des traductions réalisées devant le JLD ou la JLD. Le réfugié qui s'exprime durant au moins quatre minutes, et l'interprète qui traduit le tout en trois mots. Je l'ai entendu. Comme le ou la juge...

interprete-de-police.jpg"Après la langue de Molière, Pan Feng, interprète chinois, s'attaque au ch'ti !" Mais pas à la police des frontières?

  La Voix du Nord

"Depuis deux ans, Pan Feng offre sa voix à ceux qui ne peuvent se faire comprendre." Et qui vont se faire expulser quelque soit leur situation personnelle?

 

"Neuf ans plus tard, malgré son accent, Pan Feng maîtrise presque parfaitement la langue de Molière. " Pour porgresser, je conseille à Pan Fengh, d'éviter de fréquenter si assidûment la PAF.

 

Savoir bien parler français ou gagner de l'argent sur la misère de ses compatriotes, faut choisir, Pan.

 

  « job étudiant » plutôt original: prêt de langue et de d'oreilles

 

Depuis 2007, à la police aux frontières de Calais, l'étudiant "facilite" les échanges entre les ressortissants chinois (nb: les ressortissants réfugiés chinois)  et la volaille armée et si compatissante.

 

Les tribunaux de Boulogne et de Béthune reçoivent aussi ses bons offices, expérience des gardes à vue en poche.

 

"Mon travail consiste à comprendre le sens d'un discours et à savoir le restituer, sans interprétation ".

"C'est un ami policier qui lui avait mis le pied à l'étrier." Aux réfugiés, c'est le corps sur lequel ils mettent leur pied.


Rapport de la CFDA:


Selon les deux avocates rencontrées, il n’existe pas d’interprètes agréés par les tribunaux à Boulogne-sur-Mer.

En outre, dans la mesure où beaucoup d’entre eux travaillent couramment avec la police, leur indépendance ne
serait pas toujours assurée.


 Ayant remarqué que les étrangers en rétention, notamment les Indiens, ne
demandent presque jamais le concours d’un avocat pourtant gratuit, ces avocates se posent la question du rôle
des interprètes dans l’absence de cette demande d’assistance, qui convient parfaitement à la PAF.

De son côté,
Me Raphaël Tachon, rencontré plusieurs semaines plus tard, confirme ces propos :

« Depuis que les audiences
sont à Coquelles, on voit une nette tendance à ne pas prendre d’avocats ; ce qui réduit la durée des audiences. A
Boulogne, ils en prenaient tous un. C’est donc peut-être l’influence du lieu. »

Dans son rapport 2007, la Cimade note également que les personnes rencontrées à Coquelles font fréquemment
état de difficultés lors de la garde à vue avec les interprètes qui, au mieux, opèrent une traduction a minima et, au
pire, s’autorisent des appréciations et des réflexions sur la situation de intéressés.

 Le rapport va jusqu’à préciser
que si, devant la juridiction administrative, les interprètes assermentés ont une grande habitude de la procédure
et effectuent un travail de qualité, en toute indépendance, il n’en est pas de même de ceux travaillant à
Coquelles :

« Une partie des interprètes travaillent pour la PAF dans le cadre des gardes à vue, entraînant une
certaine collusion entre les services de police, de justice et d’interprétariat. Certaines traductions sont réalisées
de manière lapidaire, certaines populations, tels les ressortissants indiens, refusent systématiquement l’aide d’un
avocat, sur les conseils … de leur interprète.
»