Rappel Historique nécessaire à la compréhension de la propagande

Communiqué de Presse 29 novembre 2008

L'association SALAM affirme que l'IMMIGRATION nécessite des solutions politiques.

En clair, les 4 ou 5 chefs de Salam, pensent que l'Immigration est un problème à résoudre, puisqu'elle nécessite des solutions. Et des solutions humanitaires, s'il vous plaît! Sinon, il n'y a pas de solutions simples.

Effectivement c'est très, très compliqué de défendre Mme Bouchart, génétiquement anti communiste, qui tient des propos extrêmement stupides sur les réfugiés, et prétendre défendre les droits des réfugiés.

 De toute évidence aucune solution simple n'existe et les tenants internationaux sont évidents. Cependant la France, berceau des Droits de l'Homme, se doit de montrer l'exemple et de mettre en place une politique généreuse et concrète en liaison avec le terrain et en prenant en considération l'expérience des diverses associations humanitaires.

L'Association SALAM s'est toujours engagée dans les actions de défense des Droits de l'Homme à l'exemple des actions menées dernièrement pour lutter contre le retour massif forcé de ressortissants Afghans.

(sauf en juillet 2005, où je fus seule sur Calais à faire face à une expulsion qui a réussi. Les policiers en civil s'en souviennent encore. Ils ont du bien rire de me voir me démener.)

 A cette occasion, l'association SALAM a été outrée par les propos du président de la section calaisienne de la Ligue des Droits de l'Homme qui a cru devoir nier cette tentative gouvernementale, à l'image de certains « hommes » politiques, de certaines associations de défenses des migrants (Hum hum...) et du sous-préfet de Calais ! (Un dirigeant Salam, alors que nous étions dans le parking face au CRA rempli d'afghans, nous a dit en douce: "ils ne vont pas les expulser".)

Le communiqué en forme d’aveu du Ministère de l'Intérieur a conforté les choix politiques de SALAM.

 L'Association SALAM n'a par contre jamais voulu s'engager dans des luttes de politique politicienne. SALAM a délibérément choisi un engagement HUMANITAIRE afin de permettre à chacun de ses adhérents d'être respectés dans ses convictions personnelles.

Elle ne peut que se réjouir de voir nombre de ses adhérents poursuivre leurs actions par des engagements citoyens à travers des actions politiques diverses. Par décision d'une assemblée générale extraordinaire réunie à cet effet, SALAM a choisi d'apporter sa contribution au sein du Conseil des Migrants considérant cette instance d'échanges comme une grande avancée qu'elle réclamait d'ailleurs depuis la fermeture de Sangatte, tout en sachant que n'y seraient traités que modestement les problèmes humanitaires locaux.

L'Association SALAM regrette la gestion actuelle du problème « calaisien » de l'Immigration. Si elle respecte les choix des diverses autres associations, SALAM rappelle que lors de son exclusion par le Secours Catholique et la Belle Etoile du collectif C'SUR, elle avait prédit les évidentes futures difficultés que le C'SUR connaît aujourd'hui.

Division n'a jamais rimé avec efficacité ! SALAM rappelle que les situations sont très variées sur l'ensemble du littoral où elle intervient à différents degrés, à l'instar des distributions de repas qui vont de bi-hebdomadaires dans l’Audomarois à quotidiennes dans le Calaisis! SALAM a dénoncé le refus du C'SUR de participer à la création d'une association de gestion reprenant la totalité des associations humanitaires oeuvrant pour les migrants, condition exigée par le Conseil Régional pour mettre en place une antenne de jour pour les migrants sans appel à l'argent du contribuable calaisien.