résumé au 5 avril

Je n'avais plus le temps de discourir sur ce qui se passait ou pas.

 

L'école est prenante et épuisante.

 

et je me pose des tas de questions sur mes engagements, sur ce que pourrait signifier une garde à vue de R, sur ces gens qui ne cessent de jouer sur deux tableaux sans qu'on comprenne pour quoi.

 

Je n'ai pas attendu que No Border soit arrivé à Calais pour m'engager, seule, dans une lutte asymétrique.

 

Je ne m'étais pas aperçue que cet engagement consacrait un engagement contre l'Etat. A peine ai-je fait attention aux dires des journalistes travaillant pour la police, des juges et avocats de policiers qui me fredonnaient cette chansonnette comme si cela devait m'effrayer et me faire renoncer.

 

Si l'on était dans un autre système, une autre société dans laquelle l'exploitation serait une idée complètement farfelue comme celle qui prétendait que le soleil tournait autour de la Terre, ce seraient eux qui ne seraient plus en phase.

 

Je ne veux pas m'accommoder d'un système en cherchant tout le temps à le contourner, à en gommer les effets et pour finir, à le laisser vivre et nous pourrir la vie.

 

Naissance d'un No Border Calais

 

No Border Calais, un concept dont j'aimerai bien participer à la formation, nous a inscrits dans la mouvance du consensus molasson. aucune orga de salariés ou d'anars ne semblent inviter à la fête et je soupçonne le duo de nous avoir fait encore un sale coup à la mode chefferie de salade. On ne réunit personne mais on décide au nom de tous.

 

Merci d'avance.

 

Mais de quoi ont-ils peur? que l'on sache de quelle origine politique ils proviennent?

 

Les défaillances se font jour et la manip aussi.

 

et dans ce drôle de contexte, il faudra se souvenir que les défaillants sont tous issus d'un groupe HH bizarroïde.

 

Autre préoccupation: R

 

qui nous prévient déjà qu'il y aurait peut-être la possibilité qu'un ou deux d'entre nous se fasse épingler demain pendant que lui raconte sa vie.

 

Il m'a donné des conseils sur ce qu'il fallait dire et ne pas dire.

en fait je ne l'ai pas très écouté.

1. parce que je pense ne pas faire partie de la charrette cette fois et qu'il m'a répété ce qu'il avait déjà dit à quelqu'un d'autre, beaucoup plus susceptible d'être examiné.

et 2. parce que je suis No Border et qu'il n'est pas question de se faire commander par des gens qu'ils ne le sont pas.

 

R est calme. il assure. il n'a rien à se reprocher. Il ne veut pas noter les questions que lui posera la volaille. dommage. je suis sûre qu'il en oubliera des importantes.

 

Il m'a dit pour la seconde fois en riant qu'il donnerait des renseignements sur zetkin. il pense que j'ai peur.

ben non.

zetkin ne fait plus peur à personne depuis longtemps.

 

je suis très curieuse de ce qui va se produire et jusqu'où vont aller les flics. jusqu'où est allé besson, si c'est de besson qu'il s'agit.

 

rendez vous 10h30, commencer à téléphoner à partir de 14h30/ 15h.

 

Il ne veut pas qu'on forme un boulet devant le commissariat. un boulet accroché à son pied tellement il est sûr de lui.

 

Mais si ce n'est pas grave, pas besoin de nous dire que des gens ici, à calais, seraient inquiétés conjointement.

 

j'espère qu'ils ne vont pas nous ressortir une histoire d'ultra gauche parce qu'alors, je veux bien témoigner comme quoi jamais l'ultra gauche nous aurait fichu dans une journée altermondialiste et autre amuse gueule qui défend "un autre monde est possible".

 

L'ultra gauche aurait bloqué la porte du hangar, quitte à ce que les policiers démolissent le mur.

 

Là pas du tout! je peux témoigner avoir été pratiquement éjectée de la réunion quand j'ai insisté pour qu'on ne parle pas aux policiers et que l'on boucle les portes.

J'ai eu l'impression d'être l'ultra gauche à ce moment crucial.

 

Je n'ai pas fait quatre ans de terrain pour devoir ensuite pipléter avec ceux qui nous répriment en priant qu'ils ne nous écrasent pas.

La preuve de l'inefficacité de ce genre de position: deux évacuations du hangar et une convocation du locataire.

 

Vive les vieux.